1. Espace média

  2. Dossier de presse

La part du diable

Luc Bourdon
2017 | 102 min

Sélections et prix

  • Compétition officielleFestival du nouveau cinéma 2017

  • Prix du meilleur moyen ou long métrage documentaireFICFA 2017


Description longue

Bande-annonce

Matériel promotionnel

Équipe


Luc Bourdon
Réalisateur

Biographie
Photo
Photo : Bernard Fougères



Luc Bourdon

Réalisateur prolifique, Luc Bourdon est l’une des figures marquantes de l’art vidéographique au Canada. Au cours des 30 dernières années, il a signé plus d’une cinquantaine d’œuvres de genres divers — documentaires, fictions, expérimentations —, dont plusieurs prennent pour sujet les arts et la culture (Ne retenez pas votre souffle, 1986 ; Question de bande, 1998 ; De la parole aux actes, 2000 ; La grande bibliothèque, 2005 ; Classes de maîtres, 2009 ; Un musée dans la ville, 2011). Ces productions ont en commun la place prépondérante qu’elles font à l’histoire et à la mémoire. Des notions qui sont aussi au cœur du premier long métrage qu’a réalisé Bourdon au sein de l’Office national du film du Canada, La mémoire des anges (2008), et de sa suite historique, La part du diable (2017), collage documentaire érudit qui, avec un vibrant assemblage d’images et de sons, chemine à travers l’histoire du Québec moderne, des années 1960 jusqu’au tournant des années 1980.

Au cours de la décennie 1980, Luc Bourdon s’est fait connaître grâce à des vidéos singulières, comme Distance (1984, coréalisée avec François Girard), Touei (1985) et The Story of Feniks and Abdullah (1988), qui témoignent de son originalité et de son esprit de recherche. Ces réalisations de jeunesse montraient déjà la propension de l’artiste à privilégier un langage et des formes poétiques, misant sur les sensations plutôt que sur l’illustration cartésienne. Point de fuite (1995) reflète cette tendance avec éloquence, tout comme La mémoire des anges et La part du diable.

Au fil de sa carrière aux multiples facettes, Luc Bourdon s’est imposé comme un expérimentateur inlassable, proposant des univers impressionnistes et immersifs (voir à ce titre Classes de maîtres, sur le Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec) et s’appliquant à une démarche de renouvellement des images en mouvement qui passe par une approche ludique du traitement de l’image et du son.

À quelques reprises, il a abandonné la monobande pour réaliser des installations vidéographiques. Par exemple, en 1986, il coréalise Promenades lumières, avec Josette Bélanger, dans le cadre des Cent jours d’art contemporain de Montréal. En 1992, il signe Quinto et Hommage, deux installations présentées notamment à la galerie OBORO. À l’occasion des célébrations entourant le 350e anniversaire de la fondation de la ville de Montréal, il réalise À mille lieux, une œuvre créée au marché Bonsecours.

Dans le même esprit de curiosité envers les différentes formes artistiques, Luc Bourdon a aussi collaboré avec des figures notoires du milieu théâtral. Citons notamment René-Daniel Dubois, avec qui il a travaillé en 1997 dans le cadre de la mise en scène des Guerriers de Michel Garneau, à l’Espace Go, et en 1999, pour Le roi se meurt d’Eugène Ionesco. Sa pratique soutenue et multiforme lui a valu en 1998 le prix Bell Canada décerné par le Conseil des arts du Canada.

Personnalité dynamique de la vidéo et du cinéma québécois, il a été associé à divers groupes d’artistes et organismes culturels. Il a entre autres été membre du Vidéographe, de 1982 à 1998, et des Films de l’autre, de 1990 à 1996.

En plus de son travail de réalisateur, Luc Bourdon enseigne la pratique vidéographique et le cinéma dans plusieurs établissements (Université du Québec à Chicoutimi, Université Concordia, École nationale de théâtre du Canada, Université de Montréal) depuis 1994. De 2000 à 2003, il a occupé les postes de directeur artistique et de directeur général du Festival du nouveau cinéma et des nouveaux médias de Montréal. De 2009 à 2012, il a été directeur du programme documentaire de l’Institut national de l’image et du son (INIS).


Colette Loumède
Productrice (ONF)

Biographie
Photo
Photo : ONF



Colette Loumède

Figure marquante du documentaire au Canada, Colette Loumède a produit ou coproduit une cinquantaine de films, notamment à l’ONF, où elle est entrée il y a plus de 15 ans. La plupart de ces films ont remporté de prestigieuses récompenses et ont été projetés dans les grands festivals nationaux et internationaux. Sa recherche constante de talents, qu’ils soient de la relève ou bien établis, a donné lieu à des documentaires de création qui explorent différents styles d’approches narratives, allant du film d’enquête géopolitique au récit d’expériences personnelles complexes. Elle a travaillé à l’ONF avec certains des plus grands cinéastes du Québec, comme productrice et productrice exécutive : Jacques Godbout (Les héritiers du mouton noir), André Melançon (Printemps fragiles), Serge Giguère (À force de rêves, Le mystère Macpherson), Richard Desjardins et Robert Monderie (Trou Story, Le peuple invisible), Patricio Henríquez (Sous la cagoule, un voyage au bout de la torture, Ouïghours, prisonniers de l’absurde), Luc Bourdon (La mémoire des anges, La part du diable), Paule Baillargeon (Trente tableaux), Carole Laganière (Absences), Claude Demers (D’où je viens), Jean-Claude Labrecque (Sur les traces de Maria Chapdelaine), Sophie Deraspe (Le profil Amina), Hugo Latulippe (Alphée des étoiles), Jean-François Caissy (La marche à suivre, Premières armes) et Céline Baril (24 Davids).

Images

Mouffe dans Jusqu’au cœur | Jean-Pierre Lefebvre
Robert Charlebois dans Jusqu’au cœur | Jean-Pierre Lefebvre
Micheline Lanctôt dans Souris, tu m’inquiètes | Aimée Danis
René Simard dans On s’pratique… c’est pour les olympiques | Jean-Claude Labrecque
René Lévesque dans Un pays sans bon sens | Pierre Perrault
Québec en silence | François Séguillon
L’École des autres | Michel Régnier
Michel Tremblay dans Théâtre de fond de cour
La maison du pécheur dans Cap d’espoir | Jacques Leduc
Tranquillement pas vite | Guy L. Côté
C’est pas d’la faute à Jacques Cartier | Clément Perron et Georges Dufaux
L’indien parle | Marcel Carrière
Capitale sur l'Outaouais | Pierre Lemelin
La vraie vie | Jacques Vallée
Satan’s Choice | Donald Shebib
La Loi de la ville | Michel Bouchard
Notes sur la contestation | Louis Portugais
Opération boule de neige | Bonnie Sherr Klein
Manifestation contre le Bill 63, parlement de Québec, 1969
Don’t let the angels fall | George Kaczender
Normand Maltais dans Les Événements d’Octobre 70 | Robin Spry
À votre santé | Georges Dufaux
Hôtel-château | Marcel Carrière
Zachary Richard dans La Veillée des veillées | Bernard Gosselin
24 heures ou plus | Gilles Groulx
La fiction nucléaire | Jean Chabot
Raison d’être | Yves Dion
Armand Vaillancourt dans le film Bozarts | Jacques Giraldeau
Les Enfants de Soljenitsyne… y’a pas à dire, font du bruit à Paris | Michael Rubbo

Générique

Un film de
Luc Bourdon

Avec, entre autres…
Raoul Béliveau
Jean-Paul Lemieux
René Lévesque
Georges D’Or
Pierre Elliott Trudeau
Gérard Pelletier
Jean Chrétien
Jean Marchand
Mouffe
Robert Charlebois
Sam Steinberg
Pauline Julien
Patrick Watson
Armand Vaillancourt
Robert Rivard
Michel Tremblay
Jean Lesage
Arthur Hill
Guy Thauvette
Raymond Bouchard
Normand Maltais
Ti-Jean Carignan
Frenchie Jarraud
Micheline Lanctôt
Alanis Obomsawin
Muddy Waters
Bobby Hachey
Willie Lamothe
Maurice Richard
Luce Guilbault
Gilles Lamontagne
Zachary Richard
Hauris Lalancette
François Belle Fleur
René Simard
Vassili Alexeiev
Greg Louganis
Nadia Comaneci
Nellie Kim
Olga Korbut
Michael Snow
Jean Cournoyer
Matthias Rioux
Gérald Leblanc
Mario Tremblay
Serge Savard
Guy Lapointe
Guy Lafleur
Monique Fauteux
Serge Fiori
Huguette Proulx
Gerry Boulet

Ainsi qu’avec les voix de
Claude Charron
Raoul Duguay
Michel Chartrand
Gaétan Montreuil
Mychel St-Louis
Louis Laberge
Marie Savard
René Angélil
Derek May
Patricia Nolin   

Recherche, scénarisation, réalisation
Luc Bourdon

Équipe des voûtes et laboratoire
Hocine Cherifi
Richard Cournoyer
Nathalie Dallaire
Martin Forget
Nicola Gisondi
Line Godin
Marie-France Rousseau
Johanne St-Amand
Steven Woloshen

Gestion des médias
Denis Cerminaro
Sylvain Desbiens
Michel Lapointe
Annie Lemire
Rafi Lokmagozyan

Coloristes
Sylvie Marie Fortier
Chantal Gagné
Bill Holley
Aldo La Ricca
Richard Lanoue

Restauration sonore
Sylvain Cajelais
Luc Léger
Pierre St-Germain

Montage
Michel Giroux

Assistant au montage
Philippe Lefebvre

Support technique au montage image
Pierre Dupont
Isabelle Painchaud
Patrick Trahan

Traduction et sous-titrage
MELS

Conception des titres et générique
Pascal Blanchet
Mélanie Bouchard

Montage en ligne
Yannick Carrier

Conception sonore
Catherine Van Der Donckt

Mixage
Jean Paul Vialard

Bruitage
Stéphane Cadotte

assisté de
Louis Duranleau

Enregistrement du bruitage
Geoffrey Mitchell

Équipe des droits
Julia Dawson
Marion Duhaime
Saskia Latendresse
Caroline Trudeau

Recherche et libération des droits musicaux
Sylvia Mezei

Stagiaire à la recherche
Alexandra de Launière

Conseiller juridique
Christian Pitchen

Relations de presse
Marie-Claude Lamoureux

Agent de mise en marché
François Jacques

assisté de
Jolène Lessard

Administratrice
Sia Koukoulas

Coordonnatrices de production
Chinda Phommarinh
Gabrielle Dupont
Isabelle Limoges

Adjointe administrative
Pascale Savoie-Brideau

Coordonnatrice technique
Mira Mailhot

Productrice par intérim au développement
Marie-Anne Raulet

Productrice déléguée
Mélanie Lasnier

Productrice
Colette Loumède

Une production de
l’Office national du film du Canada

 



Relations de presse

  • L’ONF en bref

    L’Office national du film du Canada (ONF) est le producteur public canadien d’œuvres audiovisuelles primées et créatives, qu’il s’agisse de documentaires, d’animations d’auteur, de récits interactifs ou d’expériences participatives. De St. John’s à Vancouver, les producteurs et productrices de l’ONF sont bien intégrés au sein des collectivités du pays et travaillent avec des créateurs et des créatrices de talent pour produire des œuvres innovantes et socialement pertinentes. L’ONF est un chef de file en matière de parité hommes-femmes dans la production de films et de médias numériques. Guidé par les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation, il s’emploie à affermir la production autochtone. Les œuvres de l’ONF ont remporté au-delà de 7000 récompenses, dont 27 prix Écrans canadiens, 21 prix Webby, 12 Oscars et plus de 100 prix Génie. Pour accéder au riche contenu de l’ONF  et découvrir le travail des artistes et des artisans, allez à ONF.ca, téléchargez les applications de l’ONF pour appareils mobiles ou visitez Pause ONF.