1. Espace média

  2. Dossier de presse

J’aime les filles

Diane Obomsawin
2016 | 8 min 12 s
Techniques : Dessin à l’ordinateur et rotoscopie.

Prix et festivals

  • Sélection officielleSundance Film Festival, Park City, Utah, États-Unis (2018)

  • Sélection meilleur court métrage d’animationCanadian Screen Awards 2017

  • Sélection officielleAnnecy 2017

  • Sélection officiellePalm Springs International ShortFest 2017

  • Sélection officielleimagineNATIVE Film + Media Arts Festival 2017

  • Meilleur LGBT court métrageNew York City Short Film Festival (NYC Shorts) 2017

  • GRAND PRIX pour le Meilleur court-métrage d'animation indépendantOttawa International Animation Film Festival

  • Sélection officielleCinequest Film & VR Festival 2017

Synopsis


Entrevue avec Diane Obomsawin

Bande-annonce

Matériel promotionnel

Images

Équipe


Diane Obomsawin
Scénario, Animation, Réalisation

Biographie
Photo
Photo : Rehab Nazzal



Diane Obomsawin

Diane Obomsawin est une bédéiste et cinéaste d’animation d’origine abénaquise établie à Montréal. Née en 1959, elle passe une vingtaine d’années en France où elle entame une carrière de graphiste. De retour dans la métropole au début des années 1980, elle se tourne naturellement vers la bande dessinée, l’illustration et la peinture. Connue sous le pseudonyme « Obom », Diane est au cœur de l’univers de la bande dessinée québécoise « underground » tout au long des années 1980 et 1990. En 1992, elle réalise un premier film d’animation. L’abominable microbe marque le début d’une longue et folle aventure.

En 1997, Diane publie un premier album. Plus tard paraît chez l’éditeur L’Oie de Cravan, une petite maison montréalaise fondée en 1992 et spécialisée dans les ouvrages de poésie. À la même époque, elle réalise des films de commande pour l’ONF. Les films The Worm (2000), The Coat (2000) et Elbow Room (2002) confirment son talent pour raconter et affinent son regard singulier sur le monde.

 

Au cours des années suivantes, la cinéaste se consacre à ses projets personnels. Premier film d’auteur réalisé pour l’ONF, Ici par ici (2007) reçoit des nominations au prix Génie et aux prix Jutra et remporte le prix du meilleur film narratif au Festival international d’animation d’Ottawa. Toujours en 2007, Diane lance une bande dessinée poétique fort touchante dans laquelle elle raconte l’histoire documentée de Kaspar Hauser, « l’orphelin de l’Europe », un enfant gardé en captivité au 19e siècle. En 2008, Kaspar est récompensé du Grand Prix de la ville de Québec et du Prix du meilleur livre français au salon Expozine. Dans les mois suivants, Diane reçoit un prix hommage du Festival international du film sur l’art de Montréal pour souligner l’ensemble de sa carrière. En 2010 paraît Pink Mimi Drink, un recueil de rêves en bande dessinée. L’adaptation cinématographique de Kaspar, créée dans les studios de l’ONF, est portée à l’écran en 2012. Sélectionné pour un prix Jutra en 2013, le film est récompensé du Pégase d’argent au Festival Animator de Poznan en Pologne.

En 2014, les éditions L’Oie de Cravan publient la bande dessinée J’aime les filles. Ce premier tirage est rapidement suivi par une version anglaise aux éditions  Drawn & Quarterly . Aujourd’hui, l’adaptation cinématographique tant attendue de cette œuvre originale marque la huitième collaboration entre cette cinéaste influente et l’ONF.

Tout au long d’une carrière très féconde, Diane a participé à de nombreuses expositions, installations et performances. Elle a également mis ses talents d’illustratrice au service des quotidiens Le Devoir et La Presse, tout en contribuant aux belles années des magazines humoristiques Croc et Anormal, ainsi qu’aux revues Clin d’œil, Châtelaine, Le temps fou et La vie en rose. Dernièrement, on a pu la voir en entrevue avec la comédienne et animatrice Sophie Cadieux à l’émission BD QC, diffusée sur les ondes d’Ici ARTV.

Véritable artiste de la narration et du cadrage, Obom est connue un peu partout dans le monde pour son style unique, à la fois naïf et minimaliste, et ses personnages à tête d’animaux. En ramenant tout à l’essentiel, le travail de cette artiste multidisciplinaire laisse percer une humanité profonde, lucide et sincère qui captive autant qu’elle ensorcelle.


Marc Bertrand
Producteur (ONF)

Biographie
Photo
Photo : ONF



Marc Bertrand

Producteur au Studio d’animation français de l’ONF depuis 1998, Marc Bertrand a à son actif plus d’une centaine de productions, dont des titres applaudis tels que la série Une minute de science, svp ! (2001) et Noël Noël (2003) de Nicola Lemay, tous deux gagnants d’un prix Gémeaux pour la meilleure émission ou série d’animation en 2002 et 2004 ; le film de Masoud Raouf Bleu comme un coup de feu (2003), couronné d’un Jutra en 2004 ; et L’hiver de Léon (2007), lauréat du Grand Prix d’excellence de l’Alliance pour l’enfant et la télévision en 2008. Marc Bertrand a également produit en 2006 la série documentaire 24 idées/seconde, consacrée au cinéma d’animation et à ses créateurs, ainsi qu’un coffret DVD, Norman McLaren – L’intégrale, regroupant les chefs-d’œuvre restaurés numériquement du célèbre cinéaste, pionnier de la fusion entre musique et animation. Séduit par les nouvelles technologies, il a coproduit en 2008 le film stéréoscopique Champlain retracé de Jean-François Pouliot et a également produit Les yeux noirs, une création stéréoscopique de Nicola Lemay. Il a aussi signé la production d’Empreintes (2004) de Jacques Drouin, ainsi que des œuvres de Theodore Ushev Tower Bawher (2006), Drux Flux (2009) et Les journaux de Lipsett (2010), lauréat d’un prix Génie et primé au Festival d’animation d’Annecy. En 2011, il a coproduit Romance, du célèbre cinéaste d’animation Georges Schwizgebel, qui a remporté le prix Génie 2012 du meilleur film d’animation. En 2011 également, il a produit Dimanche de Patrick Doyon, qui a été en nomination aux Oscars® et qui a reçu le Jutra 2012 du meilleur film d’animation.

En 2013, Marc est devenu membre de l’AMPAS (Academy of Motion Picture Arts and Sciences) et a complété la coproduction de Terre d’écueil (Michelle et Uri Kranot) et de Gloria Victoria (Theodore Ushev), qui s’est vu attribuer le prix FIPRESCI au Festival d’Annecy 2013.

En 2014, c’est une autre production de Marc, Nul poisson où aller, qui a remporté cet honneur. La même année, le film Jutra de Marie-Josée Saint-Pierre, une coproduction MJSTP Films et ONF, est sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes et, en février 2015, gagne un Jutra et un prix Écrans canadiens pour le meilleur court film d’animation. À l’automne 2016, J’aime les filles de Diane Obomsawin gagne le Grand Prix du Festival d’animation d’Ottawa et le Prix du jury jeunesse au FIFEM. En 2016, le film Vaysha l’aveugle de Theodore Ushev, dont Marc a assuré la production, remporte le Prix du jury et le Prix du jury junior à Annecy avant d’être mis en nomination aux Oscars® en 2017, dans la catégorie Meilleur court métrage d’animation.


Julie Roy
Productrice exécutive (ONF)

Biographie
Photo
Photo : ONF



Julie Roy

Productrice exécutive au Studio d’animation français de l’Office national du film du Canada, Julie Roy a produit une quarantaine de courts métrages d’animation. Titulaire d’une maîtrise en études cinématographiques de l’Université de Montréal, elle a publié de nombreux textes portant sur les femmes et le cinéma d’animation.

Parmi ses productions, citons Le sujet de Patrick Bouchard et TESLA : LUMIÈRE MONDIALE de Matthew Rankin, tous deux présentés à Cannes, le premier à la Quinzaine des réalisateurs en 2018 et le second à la Semaine de la critique en 2017. En 2016, elle a coproduit Une tête disparaît de Franck Dion (Papy 3D/ONF), qui a remporté le Cristal du court métrage au Festival international d’animation d’Annecy. Claude Cloutier, Michèle Lemieux, Regina Pessoa et bien d’autres font partie des artistes qu’elle a accompagnés sur plusieurs œuvres.

Préconisant la diversité des approches cinématographiques, Julie Roy développe actuellement un projet d’installation interactive avec Nicolas Brault, ainsi que le prochain court métrage de Chris Lavis et Maciek Szczerbowski (Madame Tutli-Putli, 2007).

Générique

Scénario, animation, réalisation
Diane Obomsawin

Voix
Rosalie Daoust
Alice Tougas-St. Jak
Catherine Perron
Éliane Préfontaine

Conception sonore et musique originale
Judith Gruber-Stitzer

Infographie et animation
Janet Perlman

Montage image
Augustin Rioux

Musiciens
William J. Gossage
Judith Gruber-Stitzer
Christine Tassan

Montage voix
Pierre Yves Drapeau
Catherine Van Der Donckt
Tristan Capacchione

Bruitage
Monique Vézina

Enregistrements sonores
Geoffrey Mitchell
Padraig Buttner-Schnirer

Mixage
Jean Paul Vialard

« Le temps de l’amour »
Composée par Jacques Dutronc, Lucien Jean Morisse, André Michel Charles Salvet
Éditions musicales Alpha et Les Éditions Ad Litteram Inc.
Interprétée par Françoise Hardy
en vertu d’une licence accordée par Sony Music Entertainment Canada Inc.

Libération de droits
Lucie Bourgouin pour Permission Inc.

Directeur technique
Pierre Plouffe

Coordonnateur technique
Daniel Lord

Coordonnatrice de production
Michèle Labelle

Montage en ligne
Yannick Carrier

Prises de vues réelles / Rotoscopie

Comédiennes
Marie-Ève Carrière
Marie-Gabrielle Ménard
Marie-Hélène Montpetit

Directeur de la photographie
Éric Barbeau

Directeur de production
Khoa Lê

Assistant de production
Patrick Bouchard

Accessoiriste
Nancy Belzile

Merci à
Laura Babin
Lou Babin
Lili Rose Babin
Lou Beaulieu
Martin Bellemare
Anne-Marie Cadieux
Marie Charlebois
Renée Cossette
Helge Dascher
Mathilde Geromin
Fanny Jane
Alice Moreault
Mylène Savoie
Élise Simard
Laurie St-Jacques
Hélène Tanguay

Agente de mise en marché
Geneviève Bérard

Administratrice
Diane Régimbald

Équipe administrative
Diane Ayotte
Karine Desmeules

Productrice exécutive
Julie Roy

Producteur
Marc Bertrand

Studio d’animation / Programme français

logo-onf-138



Relations de presse

  • Nadine Viau
    Relationniste – Montréal
    Cell. : 514-458-9745
    n.viau@onf.ca

  • L’ONF en bref

    L’Office national du film du Canada (ONF) produit des animations innovantes dans ses studios de Montréal, dans ses centres situés partout au pays et dans le cadre de coproductions internationales avec les animateurs les plus en vue de la planète. Il est également un chef de file en matière d’approches novatrices en stéréoscopie 3D et en contenu animé pour nouvelles plateformes. L’ONF a réalisé plus de 13 000 productions et remporté au-delà de 7000 récompenses. Ses animations ont récolté 7 de ses 12 Oscars, 6 Grands Prix au Festival international du film d’animation d’Annecy, en France, 4 Palmes d’or au Festival de Cannes et 2 Ours d’or à la Berlinale. Pour accéder aux animations primées de l’ONF et découvrir le travail des artistes et des artisans, allez à ONF.ca, téléchargez les applications de l’ONF pour appareils mobiles ou visitez Pause ONF.