1. Espace média

  2. Dossier de presse

Premières armes

Jean-François Caissy
2018 | 106 min

Sélections et prix

  • Sélection officielleBerlinale 2018

  • Sélection officielleFestival international de Film d’Édimbourg 2018

  • Sélection officielleFestival international du film de La Rochelle 2018

  • Sélection officielleHot Docs 2018

  • Sélection officielleFestival international du film francophone de Namur 2018

  • Sélection officielleCamden International Film Festival 2018

  • Sélection officielleRIDM 2018


Descriptions brèves


Description détaillée


Mot du réalisateur

Premières armes sur le blogue de l'ONF

Matériel promotionnel

Bande-annonce

Extrait 1

Extrait 2

Équipe


Jean-François Caissy
Réalisateur

Biographie
Photo
Photo : Stephan Ballard



Jean-François Caissy

Originaire du village côtier de Carleton-sur-Mer, en Gaspésie, Jean-François Caissy est habitué aux grands horizons qui ouvrent le regard. Ces grands horizons ont fait de lui un artiste indépendant, présent aussi bien sur la scène cinématographique que dans le domaine des arts visuels. Il tourne en 2005 son premier long métrage documentaire, La saison des amours, qui décrit des retrouvailles familiales à l’occasion d’une partie de chasse annuelle. Le film est bien accueilli par la critique. Suit en 2009 La belle visite, réalisé dans le cadre d’une résidence d’artiste au sein des Films de l’Autre. Cette production, qui s’attache au quotidien d’une résidence pour personnes âgées située dans un motel abandonné au bord du fleuve Saint-Laurent, lui vaut la reconnaissance internationale. Présenté en première mondiale au 60e Festival international du film de Berlin, le film remporte le Prix du meilleur documentaire au FICFA, obtient une nomination dans la catégorie du meilleur documentaire à la soirée des Jutra et à la cérémonie des prix Génie, en plus d’être sélectionné dans plusieurs festivals prestigieux, dont le BFI London Film Festival, Vision du réel en Suisse et Hot Docs à Toronto.

Photographe de formation, Jean-François Caissy poursuit parallèlement une carrière en arts visuels qui l’amène à exposer dans de nombreuses galeries. Très vite, le théâtre fait appel à ses talents de vidéaste. En 2006 et 2007, il conçoit des vidéos pour les mises en scène de Under Construction et Nager en surface, deux créations théâtrales présentées à l’Espace Go de Montréal. En 2011, son installation vidéo Derby est montrée au Centre Clark, ainsi qu’à la Galerie F à Montréal. Il donne par ailleurs des conférences en lien avec sa pratique à l’UQAM (Stratégie de communication, 2011) et à l’INIS (Filmer le réel, 2010). Depuis près de 10 ans, il est membre actif de la galerie Espace F, ainsi que du Centre d’artistes Vaste et Vague, situé dans la baie des Chaleurs, en Gaspésie.

Avec La marche à suivre, réalisé en 2014, Jean-François Caissy retrouve le cinéma pour une première collaboration avec l’Office national du film. Réflexion sur l’adolescence composée d’une suite de tableaux qui rendent compte de la réalité des jeunes d’une école secondaire en milieu rural, ce troisième long métrage du cinéaste est à l’honneur à la 64e Berlinale. Le film connaît un franc succès tant critique que public. Intéressé par les différentes étapes formatrices qui marquent la vie des individus, Jean-François Caissy entame en 2016 le tournage de Premières armes en s’immergeant avec de jeunes recrues dans les rangs des Forces armées canadiennes. Cette plongée dans un milieu peu connu qu’il nous fait découvrir aujourd’hui constitue un autre jalon d’une démarche artistique exemplaire, basée sur l’observation de divers microcosmes humains. Premières armes est une production de l’Office national du film.


Johanne Bergeron
Productrice

Biographie
Photo
Photo : Michel La Veaux



Johanne Bergeron

Possédant une formation universitaire en communication et en cinéma, Johanne Bergeron se fraie d’abord un chemin dans le secteur privé. De 1992 à 1999, elle fait sa marque chez Vent d’Est Films où elle produit, entre autres, La république des beaux-arts – La malédiction de la momie (1998) de Claude Laflamme et Survivants de l’apocalypse (1998) du regretté Richard Boutet.

En 1999, elle fait son entrée au Programme français de l’Office national du film du Canada comme productrice déléguée. Elle travaille alors en étroite collaboration avec les producteurs Nicole Lamothe et Yves Bisaillon. Elle se voit ensuite confier la responsabilité des coproductions nationales et internationales. Ainsi, à partir de 2007, elle est nommée productrice, puis en 2009, elle se joint au Studio du Québec où elle continue à développer des projets de films documentaires. Au fil du temps, la liste des titres s’allonge avec, entre autres, Junior (Isabelle Lavigne et Stéphane Thibault, 2007) — Prix du meilleur long métrage documentaire canadien au Festival Hot Docs de Toronto —, Silence on vaccine (Lina B. Moreco, 2008), La bataille de Rabaska (Martin Duckworth et Magnus Isacsson, 2009), L’affaire Coca-Cola (German Gutierrez et Carmen Garcia, 2009), On me prend pour une Chinoise (Nicole Giguère, 2011) ou, plus récemment, Triptyque (Robert Lepage et Pedro Pires, 2013) et La marche à suivre (Jean-François Caissy, 2014), qui a fait la tournée des festivals internationaux, de Berlin jusqu’à New York.

Pour le 75e anniversaire de l’ONF, Johanne Bergeron travaille à la production du contenu du site web Une histoire du cinéma – 61 portraits vivants (Denys Desjardins et Joanne Robertson), mis en ligne au printemps 2014. L’année suivante, elle présente au public Le chemin rouge de Thérèse Ottawa, premier film issu du concours Tremplin NIKANIK.

Johanne Bergeron est aussi responsable depuis 2008 de l’unité ACIC (Aide au cinéma indépendant – Canada), dont le soutien, année après année, permet à nombre de cinéastes de parachever leurs films : La nuit, elles dansent (Isabelle Lavigne et Stéphane Thibault, 2012), Le semeur (Julie Perron, 2014) ou L’œuvre des jours (Bruno Baillargeon, 2014) sont des exemples éloquents qui se sont illustrés dans les festivals.

En plus d’avoir été membre du conseil d’administration des Rencontres internationales du documentaire de Montréal, de 2002 à 2006, Johanne Bergeron a enrichi le partenariat entre l’ONF et la chaire René-Malo de l’UQAM en instituant, dès 2010, le Concours du meilleur espoir en cinéma documentaire. En 2014, elle rallie l’ONF, la SODEC et le Conseil des arts de Montréal pour lancer la résidence « Regard sur Montréal », destinée aux cinéastes émergents issus de la diversité culturelle.


Colette Loumède
Productrice exécutive (ONF)

Biographie
Photo
Photo : ONF



Colette Loumède

Colette Loumède  dirige actuellement le Studio documentaire du Programme français de l’Office national du film du Canada. Elle a produit ou coproduit une cinquantaine de documentaires, dont la plupart ont remporté de prestigieuses récompenses et ont été projetés dans les grands festivals du documentaire tels Hot Docs, le Festival international du film documentaire d’Amsterdam (IDFA), TIFF (Toronto), Sundance, Visions du réel et Rotterdam. Sa recherche constante de talents, qu’ils soient de la relève ou bien établis, a donné lieu à un éventail de documentaires de création qui explorent différents styles d’approches narratives, allant du film d’enquête géopolitique à l’exploration de récits d’expériences personnelles complexes.

Colette Loumède redéfinit sans cesse les paramètres de sa profession et de la recherche créatrice en ayant à cœur de communiquer la vision de l’artiste et de faire du documentaire une plateforme artistique universelle pour le récit visuel.

Colette Loumède a été pendant plusieurs années responsable de l’analyse des projets documentaires pour la SODEC, l’organisme public de financement de film du Québec. Elle a aussi fondé et dirigé le Programme documentaire de l’Institut national de l’image et du son de Montréal (INIS), le premier centre de formation professionnelle en cinéma au Québec. Pendant son mandat à l’Institut, elle s’est appuyée sur sa solide expérience de productrice pour transmettre sa passion pour le cinéma d’auteur ainsi que sa vision à nombre d’aspirants cinéastes et producteurs.

Aujourd’hui, Colette s’investit plus que jamais dans les nouvelles productions de l’ONF : elle explore des idées neuves avec de jeunes talents tout en travaillant avec des créateurs d’expérience, toujours dans le but de produire des œuvres  à présenter aux auditoires du monde.

Images

Générique

Recherche, scénarisation et réalisation
Jean-François Caissy

Direction photo
Nicolas Canniccioni

Montage
Mathieu Bouchard-Malo

Conception sonore
Frédéric Cloutier

Prise de son et images additionnelles
Jean-François Caissy

Prise de son additionnelle
Frédéric Cloutier

Opérateur de Ronin
Guillaume Shea-Blais

Assistants de production
Nicolas Gouin
Victor Saliba

Montage en ligne
Yannick Carrier

Infographie et titre
Mélanie Bouchard

Bruitage
Alexis Farand

Enregistrement du bruitage
Geoffrey Mitchell

Mixage sonore
Jean Paul Vialard

Recherche musicale et montage image additionnel
Jean-François Caissy

Recherche et libération des droits musicaux
Claire Bourbonnais

Agent de mise en marché
Judith Lessard-Bérubé

Coordonnatrice à la mise en marché
Jolène Lessard

Conseillère juridique
Dominique Aubry

Administratrice
Sia Koukoulas

Coordonnatrices de production
Gabrielle Dupont
Isabelle Limoges
Chinda Phommarinh
Hélène Regimbal

Adjointe administrative
Pascale Savoie-Brideau

Coordonnatrice technique
Mira Mailhot

Assistance technique au montage image
Pierre Dupont
Isabelle Painchaud
Patrick Trahan

Productrice
Johanne Bergeron

Productrice exécutive
Colette Loumède

Une production de
l’Office national du film du Canada



Relations de presse

  • Nadine Viau
    Attachée de presse – Montréal
    C. : 514-458-9745
    n.viau@onf.ca

  • L’ONF en bref

    L’Office national du film du Canada (ONF) est le producteur public canadien d’œuvres audiovisuelles primées et créatives, qu’il s’agisse de documentaires, d’animations d’auteur, de récits interactifs ou d’expériences participatives. De St. John’s à Vancouver, les producteurs et productrices de l’ONF sont bien intégrés au sein des collectivités du pays et travaillent avec des créateurs et des créatrices de talent pour produire des œuvres innovantes et socialement pertinentes. L’ONF est un chef de file en matière de parité hommes-femmes dans la production de films et de médias numériques. Guidé par les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation, il s’emploie à affermir la production autochtone. Les œuvres de l’ONF ont remporté au-delà de 7000 récompenses, dont 24 prix Écrans canadiens, 21 prix Webby, 12 Oscars et plus de 100 prix Génie. Pour accéder au riche contenu de l’ONF  et découvrir le travail des artistes et des artisans, allez à ONF.ca, téléchargez les applications de l’ONF pour appareils mobiles ou visitez Pause ONF.